Bandeau IDEF livres MPH

«Ce n’est pas comme si j’avais vraiment le choix. En tant que société, nous avons décidé qu’il coûtait trop cher de modifier l’environnement de l’enfant. Donc, nous devons modifier ce dernier », déclare le Dr Anderson, pédiatre dans un quartier défavorisé de la banlieue d’Atlanta.

C'est ainsi que, devant une société en constante mutation dans laquelle les repères sont de moins en moins concrets, l'usage d'une médication s'impose comme le meilleur moyen - du moins le plus efficace - pour permettre à une personne de s'adapter à la vie actuelle, essentiellement dans les villes, de plus en plus déconnecté de la vie réelle (les lois biologiques) et en perte de sens...

De la nécessité de bien identifier les symptômes, pour ne pas se tromper de direction thérapeutique

Il est toujours délicat d'aborder la question de la médication, surtout chez les enfants et les ados. Souvent, deux camps s'affrontent. On peut craindre que, pour les uns comme pour les autres, l'émotivité ne puisse l'emporter sur le gros bon sens. 

Ces dernières années, le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic psychiatrique s'est accru. Et, conséquemment, le nombre de prescriptions de psychotrope (médicaments agissant sur le cerveau) est proposé pour normaliser les comportements.

Parfois, c'est nécessaire. On imagine mal comment traiter une personne affectée par la schizophrénie sans médicaments. Ceux-ci vont réduire les effets de la maladie et, dans beaucoup de cas si la personne est stabilisée, permettre une adaptation sociale. Pourtant, on peut craindre que, parfois, on aille trop vite en matière de processus d'évaluation diagnostic.

Pour en savoir plus:

 

Bandeau IDEF livres NSP

 

Go to top