Pour certaines personnes, l’ostéopathie est encore une forme d’intervention en santé qui est inconnue. Pourtant, cela fait plusieurs dizaines d’années que les ostéopathes contribuent à soutenir la santé des personnes. Cette section va donc vous permettre d’obtenir diverses informations concernant la philosophie de l’ostéopathie, ce que fait l’ostéopathe, à qui s’adresse cette médecine, qui peut devenir ostéopathe et la possibilité de remboursement des frais de traitement.

BandeauIDEF hires osteo 1

Une approche préventive et curative

Depuis notre vie intra-utérine, notre corps est passé par une série d’événements l’ayant parfois poussé hors de sa zone de confort. La quête d’équilibre est la priorité de tout être vivant, et notre « Médecin interne » déploie sans cesse toute son énergie pour conserver une fonction optimale. Cependant, nous abusons souvent de cette faculté que nous prenons pour acquise et oublions d’écouter nos signaux de déséquilibre.

Toutefois, notre corps est capable de s’auto-guérir et plusieurs outils sont disponibles pour l’aider à y parvenir. Parmi ces outils, l’ostéopathie est une médecine naturelle, dont les principes reposent sur la stimulation de tous les systèmes pour accroître la vitalité du corps et ainsi lui permettre de maintenir son autorégulation.  

Généralement, les personnes consultent parce que leur douleur, leurs inconforts, leur fatigue sont devenus chroniques. Cherchant une cause unique, ils voient souvent la goutte qui fait déborder le vase et ne peuvent accepter que cette «goutte» prenne autant de temps à s’évaporer. Toute notre histoire est inscrite dans nos fluides et nos tissus. Une naissance difficile, un accident de voiture, une chirurgie, un accouchement très long, un traumatisme émotionnel intense, un stress vécu à long terme, sont autant de causes qui peuvent créer des dysfonctions importantes.

Comme notre corps possède une capacité de compensation impressionnante, nous ne conservons pas de symptômes après chaque incident. Toutefois, cette quête d’équilibre crée une demande d’énergie affectant notre qualité de vie. Par exemple, suite à une chute, si certaines vertèbres ne peuvent plus bouger dans une direction, les vertèbres entourant la zone blessée vont augmenter leur mobilité pour palier ce manque. C’est très souvent cette région compensatrice qui sera symptomatique puisqu’elle se fatiguera et s’usera plus vite.

L’accumulation de plusieurs traumatismes ou encore un choc très important diminuent notre capacité d’adaptation. C’est à ce moment que nous avons besoin de nous écouter, d’accepter notre état et de faire des changements. Malheureusement, cette période de baisse de performance amène souvent des frustrations, créant encore plus de tensions. Nous oublions qu’avant de s’effondrer, notre corps a déployé des efforts considérables pour nous garder en santé.

L’ostéopathie se veut un outil pour aider l’individu de tout âge à revenir vers un meilleur équilibre. Notre capacité d’auto-guérison est fonction de la mobilité des différents systèmes. Le travail de l’ostéopathe comprend donc l’évaluation des mouvements du système musculo-squelettique, de tous les organes et viscères ainsi que du système nerveux. Le thérapeute écoute aussi la motilité des tissus, soit le mouvement d’inspiration et d’expiration de chaque cellule du corps.  Bien différente de la respiration pulmonaire, cette expansion et rétraction des cellules reflète leur degré de vitalité, l’étincelle de vie qui les anime.

BandeauIDEF hires osteo 2

Par des tests manuels et une écoute spécifique, le thérapeute évalue la qualité, l’amplitude et le rythme du mouvement des différentes régions du corps.  Cette « musique » lui reflète une partie de l’histoire de la personne et l’amène à lui proposer des pistes pour retrouver le chemin de sa santé. Avec ses mains, l’ostéopathe utilise différentes techniques de libération pour aider le corps à lever les barrages nuisant à la circulation sanguine et lymphatique et à la qualité de l’influx nerveux. L’autorégulation du corps est fonction de la liberté de mouvement de son contenant (appareil musculo-squelettique) et de son contenu (organes, viscères, nerfs, système circulatoire).

Les principes de base de l’ostéopathie favorisent l’utilisation de notre pharmacie interne, en s’assurant que chaque zone reçoive les nutriments nécessaires et nettoie ses déchets pour que le processus inflammatoire soit efficace. Le thérapeute est constamment à la recherche des causes, il ne traite donc pas uniquement le malaise. Cette médecine préventive est complémentaire à la médecine allopathique, puisqu’elle permet souvent d’agir avant que la maladie s’installe définitivement. De plus, si la médication est impérative, lever les barrières qui obstruent la circulation des fluides augmente le potentiel du médicament.

Tout comme nous amenons notre voiture chez le mécanicien pour prévenir d’éventuelles pannes et faire en sorte de ne pas l’endommager davantage lorsqu’un bruit étrange se manifeste, notre corps a aussi besoin d’une attention particulière. La prévention débute par une écoute de ses sensations, de ses intuitions et par une volonté active de transformation.

La pratique clinique en ostéopathie 

Développée depuis plus de 125 ans, l’ostéopathie est une médecine naturelle qui s’intéresse à la vitalité du corps et à sa capacité naturelle d’auto-guérison.  En fait, notre capacité à nous guérir dépend de la mobilité et de la motilité de tous les différents systèmes de notre corps. 

Fibro1Le travail de l’ostéopathe débute ainsi par une évaluation des mouvements du système musculo-squelettique, de tous les organes et viscères, ainsi que du système nerveux. Cette évaluation tient compte de la structure, mais aussi leur motilité, c'est-à-dire de l’impulsion de vie qu’exprime chaque cellule du corps. L’ostéopathe a été formé pour percevoir le mouvement cellulaire comme un cycle d’expansion et de rétraction, semblable au rythme de la respiration. Cette inspiration et expiration cellulaire reflète notre degré de vitalité, l’étincelle de vie qui anime le corps.

Le traitement se base sur des tests manuels précis et sur une écoute spécifique. Le thérapeute évalue la qualité du mouvement, l’amplitude, le rythme et le tempo des différentes régions du corps.  Cette « musique » lui permet de comprendre l’histoire de la personne et de faire les ajustements nécessaires pour libérer les blocages et stimuler les mécanismes d’auto-guérison. C’est grâce à la qualité de son écoute et aux différentes techniques de libération manuelle qu’il aide le corps à lever les barrages qui nuisent à la circulation sanguine et lymphatique, ainsi qu’à la qualité de l’influx nerveux.

L’objectif de l’ostéopathe demeure de s’assurer que chaque zone du corps reçoit les nutriments nécessaires et qu’il peut nettoyer ses déchets pour que le processus inflammatoire (mécanisme de guérison) parvienne à son but, évitant un état pathologique chronique. Le thérapeute est constamment à la recherche des causes des problèmes, il ne traite pas uniquement la zone qui exprime un malaise, mais il voit à ce que le corps puisse utiliser sa pharmacie interne pour guérir le symptôme.

L’ostéopathie se veut une médecine préventive complémentaire à la médecine allopathique puisqu’elle permet souvent d’agir avant que la maladie s’installe définitivement.  De plus, si la médication est impérative, lever les barrières qui nuisent à la libre circulation des fluides permet d’augmenter le potentiel des médicaments.  L’ostéopathie contribue à l’autorégulation naturelle du corps en s’assurant que le contenant (appareil musculo-squelettique) et le contenu (organes, viscères, cerveau, nerfs, vaisseaux sanguins et lymphatiques) sont en équilibre et libres de mouvement. 

BandeauIDEF hires livres 1

L'ostéopathie, une profession reconnue au Québec

Un ostéopathe qui est membre de l’Association des diplômés en ostéopathie du Québec (ADOQ) détient :

  1. Un diplôme universitaire en sciences de la santé ou son équivalent
  2. Un diplôme en ostéopathie, soit une formation théorique et clinique de 1400 heures sur 5 années suivie soit de la présentation d’une thèse devant un jury international d’ostéopathes, soit d’un clinicat de 1 an.     

Plusieurs programmes d’assurances personnelles et collectives remboursent en partie les frais reliés aux traitements.  Il suffit de vous de faire appel aux services d’un ostéopathe membre d’une association professionnelle reconnue. 

Extrait du journal La Presse, mars 2010:

"L'ostéopathie est une profession officiellement reconnue en Grande-Bretagne, en France, en Belgique et aux États-Unis. Au Québec, il n'existe pas d'ordre professionnel. Par contre, les ostéopathes membres du Registre des ostéopathes du Québec ou de l'Association des ostéopathes du Québec ont tous suivi l'équivalent d'une formation universitaire.

 


Pour plus d'informations sur les services d'ostéopathie de l'IDEF, communiquez avec nous : Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Go to top