1b16bc70 445d 4791 a0e0 80ab883a12cf JDX NO RATIO WEBDans ma précédente chronique, j’expliquais que l’être humain a besoin d’un minimum de stress pour s’adapter. Apprendre à prendre soin de soi est une pratique qui vous permettra d'offrir le meilleur de vous dans votre famille et votre travail.

Apprendre à se couper de soi

Malheureusement, il est rare que nous ayons reçu des « cours » ou des « démonstrations » à l’école pour apprendre à prendre soin de nous quand l’anxiété diffuse devient chronique ou, pire, se transforme en angoisse.

En fait, c’est même l’inverse qui se produit. La vie scolaire est basée sur le stress de performance. La part belle pour les apprentissages scolaires. La part sombre pour les enjeux relationnels adultes-enfants (discipline autocratique) ou enfants-enfants (comparaison des notes, des vêtements, des performances sportives, de la popularité, etc.).

Souvenez-vous des profs qui vous ont le plus inspirés. N’était-ce pas ceux qui essayaient de construire du sens de leur cours ou de la vie avec vous? Qui vous aidaient à décoder les faits ou l'actualité?

En effet, ils sont nombreux les élèves et les étudiants à se demander pourquoi ils vont à l’école. Certains cours n’ont pas de sens pour eux, même s’ils aiment apprendre et y retrouver les copains.

La complicité avec le professeur peut tempérer le déséquilibre affectif, mais beaucoup de jeunes doivent apprendre à « se couper d’eux-mêmes » pour mieux « tolérer » le processus de scolarisation, sinon ils ont tôt fait de partir dans la lune, de s'opposer ou de s'agiter sur leur chaise.

Et cette coupure est encore plus intense (et structurante de la personnalité) si l’enfant ou l’ado est en contact avec un adulte en souffrance.

Faut-il s’étonner de constater à quel point certains jeunes – et surtout les garçons – ne savent pas trop quel métier ils ont le goût d’apprendre pour s’impliquer dans la société? Faut-il s’étonner du nombre d’adolescents qui consomment du pot pour réduire l’intensité de leur anxiété diffuse?

Par ailleurs, on a tôt fait d’utiliser certains désirs plus capricieux que constructifs ou des substances et activités qui nous ferons nous dissocier de ce que l’on vit : sucre, alcool, pot, soap, jeux vidéo, consommation de biens matériels, etc. On peut vivre, mais ces activités traduisent parfois un « manque de soi-même ».  

Apprendre à prendre soin de soi 

Pour se reconnecter à soi, il y a un élément à accepter : oser ressentir ses émotions, notamment la peur et l’anxiété diffuse.

La première chose, c’est de comprendre ses émotions. Le comportement est un langage très utilisé par les jeunes, mais mal compris par l'adulte qui, souvent, agit de manière à ce que ces comportements disparaissent pour qu'ils « prennent leur place dans le trafic » comme le chante Francis Cabrel.

Les émotions ont un sens. J’y reviendrai dans une prochaine chronique, mais vous pouvez consulter mon livre « J’ai juste besoin d’être compris » qui aborde le décodage des comportements. Décoder le sens des émotions est un moyen efficace de diminuer l’anxiété diffuse!

La deuxième chose, c’est que la capacité de bien gérer des émotions est comme une bouteille qui contient de l’eau. Si la seule émotion que vous ressentez est de l’anxiété, ou toute autre émotion désagréable, elle prendra toute la place.

Par contre, si vous prenez le temps de ressentir et d’amplifier une émotion agréable, vous tempérez l’émotion problématique.

C’est le principe de la pratique méditative et des activités de méditation pleine conscience. Vous amenez votre corps à ressentir une sensation de bien-être pour tempérer les effets de l’anxiété et réduire les crises d’angoisse.

Pourquoi utiliser une pratique méditative?

Tout le monde n’est pas prêt à utiliser la pratique méditative. Il faut savoir toutefois que la position en lotus – l’image traditionnelle du méditant – n’est pas la seule manière de pratiquer la méditation.

J’ai essayé à de nombreuses reprises de m'asseoir quelques minutes par jour en lotus... Il est clair que je déteste cette manière de méditer, elle ne me convient pas.

slide coaching fam 9

Par contre, j’essaie d’installer l’état méditatif dans tout ce que je fais. Car l’objectif de la méditation, c’est d’installer un état de paix et de compassion non pas pour inhiber la peur ou les autres émotions réactives, mais pour utiliser une sensation de bien-être pour chercher à répondre avec le plus de discernement à quelque chose qui nous irrite ou, du moins, nous dérange.

Maintenant, vous n’êtes peut-être pas intéressés par une telle pratique. Aucun problème. Il y a des alternatives!

Le plaisir comme antidote 

Si vous êtes proches de la nature et que vous ressentez du plaisir à vous promener dans un parc ou un bois… Si vous pouvez prendre le temps de vous asseoir sur un banc pour contempler un arbre ou une fleur… Essayez de ressentir du plaisir.

Si vous pouvez regarder des enfants descendre un toboggan, se balancer ou jouer dans le sable… Essayez alors de ressentir le plaisir.

Si vous êtes satisfait d’un bon repas, d’un travail qui vous a demandé de vous investir, d’une soirée avec des amis… Essayez encore de ressentir le plaisir.

Ce sont des pistes pour vous permettre d’associer la sensation de bien-être à un état de stress, pour mieux tempérer ce stress!

Promo facebook 1200x900 dis moiLe fait de prendre le temps de ressentir le plaisir de faire ou de voir quelque chose est une stratégie qui, biologiquement, va tempérer votre stress!

Je vous reviens dans une prochaine chronique avec d'autres outils concrets applicables dans votre famille, votre classe ou votre travail.

D'ici là, n'hésitez pas à communiquer avec nous, par courriel ou sous les vidéos que vous avez déjà sélectionner pour votre vidéothèque! Vos commentaires et vos questions guiderons les prochaines chroniques!

Merci de votre confiance,

Joël Monzée
Docteur en neurosciences, psychothérapeute et psychomotricien
Professeur associé, département de psychiatrie, université de Sherbrooke 

Aller plus loin:

  1. Formation en ligne sur la maîtrise de l’anxiété «Dis-moi ce qui t’inquiète, je serai là pour te soutenir» (138$ pour plus de 13 heures de formation + outils concrets; disponible 3 ans) – une séquence de vidéos vous permet d’aborder la méditation pour vous et avec vos enfants (en savoir plus: https://joelmonzee.com/formations-en-ligne/formation-en-ligne-dis-moi-ce-qui-tinquiete/).
  2. Livres :
  • John Kabat-Zinn, «L’éveil des sens», Les Arènes, 2014.
  • Joël Monzée, «J’ai juste besoin d'être compris», Éds Dauphin Blanc, 2015.
  • Joël Monzée, «J’ai juste besoin de votre attention», Éds Dauphin Blanc, 2016.
  1. Sites web:

Un groupe sur Facebook pour soutenir les parents et les intervenants familiaux: https://www.facebook.com/groups/Soutenirlaviedefamille/ 

Un autre groupe sur Facebook pour soutenir les équipes éducatives en milieu scolaire: https://www.facebook.com/groups/PsychopedagogieNeuroeducation/ 

Go to top